Profitez des offres et gagnez des cadeaux

Envie de tester l'économie sociale en vrai ? Participez à notre concours en répondant à la question ce-dessous et tentez de remporter des bons d'achat à valoir aux Jours fous et dans les entreprises participantes. Il y a plus de 300 bons d'achat gagner !

Le concours est terminé ! Les gagnants seront avertis pour le 15 mars.

Que pouvez-vous gagner ?

A chaque Jour fou, son offre exceptionnelle !

Aux Jours fous organisés à Mons

Les entreprises d'économie sociale vous offre des dégustations de produits locaux sur place d'une valeur de 15 € (quelles sont les entreprises participantes?).

Aux Jours fous organisés à Bruxelles

La plupart des entreprises présentes vous offrent un bon à valoir de 20 € sur les produits et services qu'elles proposent : produits de bouche, formations, investissement dans les coopératives… (quelles sont les entreprises participantes?).

Aux Jours fous organisés à Liège

Les entreprises d'économie sociale vous offrent des dégustations de produits locaux sur place d'une valeur de 25 € (quelles sont les entreprises participantes?).

Aux Jours fous organisés à Namur

La plupart des entreprises présentes vous offrent un bon à valoir de 25 € sur les produits et services qu'elles proposent : produits de bouche, formations, investissement dans les coopératives… (quelles sont les entreprises participantes?).

Aux Jours fous organisés à Marche-en-Famenne

La plupart des entreprises présentes vous offrent un bon à valoir de 25 € sur les produits et services qu'elles proposent : produits de bouche, formations, investissement dans les coopérative… (quelles sont les entreprises participantes?)

Aux Jours fous organisés à Louvain-la-Neuve

La plupart des entreprises présentes vous offrent un bon à valoir de 25 € sur les produits et services qu'elles proposent : produits de bouche, formations, investissement dans les coopérative… (quelles sont les entreprises participantes?).

Aviez-vous la bonne réponse au concours ?

Les entreprises d’économie sociale ne reversent pas de dividendes.

FAUX. La finalité première des entreprises d’économie sociale n’est pas de faire du profit : la poursuite de l’objectif social de l’entreprise prime sur le souci de rémunérer les actionnaires/coopérateurs, et les revenus du travail priment sur ceux du capital. Cela ne veut cependant pas dire que les entreprises d’économie sociale ne peuvent pas verser de dividendes. Pour obtenir le statut de « société à finalité sociale », les dividendes accordés par l’entreprise ne peuvent toutefois pas dépasser 6%.

Pour répondre à leurs ambitions sociales, les entreprises d’économie sociale sont toujours subsidiées.

FAUX. Les entreprises d’économie sociale ne sont pas toutes subsidiées. Certaines le sont, d’autres pas, comme pour les entreprises commerciales « classiques ». En règle générale, les subsides directs touchés par les entreprises d’économie sociale se justifient par le fait que celles-ci rendent un service à la société.

Les entreprises d'économie sociale réinvestissent une grande partie de leur bénéfice pour maintenir et développer l’emploi et les infrastructures.

VRAI. La finalité première des entreprises d’économie sociale n’est pas de faire du profit. D’une part, la poursuite de l’objectif social de l’entreprise prime sur le souci de rémunérer les propriétaires de l’entreprise : on privilégie donc le développement de l’entreprise à travers l’embauche et l’investissement dans les infrastructures. D’autre part, dans le champ de l’économie sociale, on fait primer le travail sur le capital : on privilégie donc l’embauche et l’octroi de salaires décents.

Les entreprises d’économie sociale font partie de l'économie non-marchande.

FAUX. En règle générale, les entreprises d’économie sociale ont une activité continue de production de biens et services, qu’ils vendent comme toute autre entreprise. L’originalité des entreprises d’économie sociale est avant tout dans le sens qui est donné à cette production, et dans la manière de produire. Il existe toutefois des entreprises d’économie sociale dont les activités ne sont pas à dominante marchande.